Rejoignez-moi sur

« Marseille en avant » investit la ville

Proximité, écoute, dialogue : cette triple volonté est une réalité, une évidence même, pour Jean-Claude Gaudin, tout au long sa vie publique. Aujourd’hui, plus que jamais, ce credo est au cœur de son action. La preuve ? Partout, « Marseille en avant » et les équipes se sont déployées pour aller, justement à la rencontre de nos concitoyens. Qu’il pleuve comme ce samedi matin, qu’il vente ou… qu’il neige ! Et il en sera ainsi chaque semaine.  Les samedis de « Marseille en avant », ce sont les rendez-vous du cœur, de la convivialité et de l’efficacité.

L’objectif ? Expliquer et expliquer encore tout l’enjeu de cette élection municipale : la poursuite de la métamorphose et de la modernisation de la ville dans tous les domaines, qu’il s’agisse de l’économie, de l’emploi, de la culture, du sport, de la sécurité, de l’éducation, du bien vivre ensemble, des loisirs. En clair, aimer Marseille, continuer d’aller de l’avant pour amplifier le rayonnement national et international de la cité phocéenne.

L’alternative, en tout cas, est claire : le repli sur soi, le retour vers le déclin avec de fausses promesses, des rivalités intestines, le clientélisme, les incohérences qui caractérisent la candidature de Patrick Mennucci et de ceux qui l’entourent –qui le cernent– avec une seule ambition : l’élection pour eux-mêmes.

Du coup, avec cette force de conviction qui habite ceux qui représentent l’avenir de Marseille, Dominique Tian, Sabine Bernasconi, Jean Roatta et leur équipe, ont longuement rencontré les habitants des 1/7. Un dialogue toujours amical et instructif. Et, à chaque fois, le constat fut le même : « le Maire du secteur n’a rien fait. Rien, notamment, en faveur de l’amélioration de la circulation, du stationnement, des transports en commun. Une catastrophe ! ». L’occasion, pour Dominique Tian et Sabine Bernasconi, de rappeler que « Patrick Mennucci s’est toujours opposé à la venue du tramway ou du métro. Des années perdues… ».

Et de souligner une autre évidence, constatée par tous ceux que « Marseille en avant » a pu rencontrer : « l’échec des socialistes à la Communauté urbaine sur la propreté, la voirie, une mauvaise gestion de la proximité et du quotidien des habitants du secteur ». L’occasion, aussi, d’être constructif en déclinant tout ce que Jean-Claude Gaudin et son équipe ont su réaliser, ici dans ces 1er et 7è arrondissements : création de places de crèche, rénovations diverses, notamment de la rue de la République, du théâtre Sylvain de l’Opéra ou de l’Abbaye de Saint-Victor sans parler du nouveau Musée d’Histoire de Marseille, le tunnel Saint-Charles, la requalification du Palais du Pharo en Centre de congrès, la vidéo-protection, pour ne citer que ces exemples-là. Ce qui avait été promis a été tenu !

Vivement le changement, dans ce secteur.